Antiquité

À la limite des communes de Cerisy et Saint-Jean-de-Savigny se trouve un oppidum vitrifié de type ''Fécamp'' appelé Le Castel ou la Butte des Romains. Cette place-forte, située à la frontière entre les Bajocasses ou les Unelles, a pu appartenir à l'un ou l'autre de ces peuples. Un tumulus a également été retrouvé sur l'oppidum du Castel. Une voie romaine passe également à Cerisy.

Moyen-Âge

Les plus anciens souvenirs de l'histoire de Cerisy-la-Forêt au Moyen Âge remontent au VI siècle, alors que la Gaule commence à se christianiser. Vigor, un des premiers évangélistes du Bessin, reçoit du riche seigneur Volusien la terre de Cerisy avec vingt-cinq villages, pour le remercier d'avoir débarrassé la région d'un « serpent horrible qui mettait à mort les hommes et les animaux ».
Vers 510, le saint homme construit, vraisemblablement à la place d'une table druidique, un monastère ou ermitage dédié à Saint-Pierre et Saint-Paul.
Cerisy-la-Forêt appartient au diocèse de Bayeux jusqu'à la Révolution française.
Au IX siècle, la Neustrie est envahie par les Vikings. En 891, ils pillent Bayeux, défendue par le comte Bérenger II de Neustrie. Les incursions en terre de Cerisy datent probablement de la même année, avec destruction complète du monastère érigé par Vigor. Rollon, chef normand, obtient du roi Charles III le Simple les pays de Basse-Seine par le traité de Saint-Clair-sur Epte en 911, et le Bessin en 924.

Epoque Moderne

La Maréchaussée

 

La maréchaussée, en 1660, a un rôle prévôtal. De ce fait, elle est implantée dans les villes et villages de garnison. Ainsi, dans les registres d'état civil des xvie et xviie siècles de Cerisy-la-Forêt, plusieurs actes de décès de dragons sont enregistrés. Y figurent aussi quelques actes de mariages de dragons ou de baptêmes de leurs enfants. Ceux-ci nous permettent d'en déduire qu'un corps de cette arme existait alors en cette commune. La Maréchaussée était alors installée dans la ferme de l'abbaye.

Cette compagnie de maréchaux était donc dans l'enceinte de l'abbaye, là où les « gens de robes » rendaient la justice. Le cardinal de Mazarin a été abbé commendataire de cette institution religieuse.

La salle de justice et sa cellule attenante ont traversé les siècles, subissant invasions et incendies. De la prison de la « Brigade de l'époque », il ne reste plus que le linteau ornant l’entrée sur lequel on peut lire : « Tremblez, tremblez diables d'enfer, aussitôt qu'en prison on vous traînera, vos bras seront liés de lourdes chaines de fer et vous les porterez tels et vous apprendrez à chicaner ».

La salle des aveux est contigüe à la salle de justice et à la cellule de l'abbatiale. De nombreux graffitis ornent le mur de la geôle. On remarque qu'il en existe deux niveaux. En effet, au xvie, les prisonniers portaient comme le rappelle l'avertissement vu précédemment… « de lourdes chaines de fer ». Les prisonniers ainsi très limités dans leurs mouvements, ne pouvaient sculpter qu'à une petite hauteur et que des motifs très simples.

Au xviie siècle, ils deviennent libres de leurs mouvements dans les cellules, n'ayant plus à supporter les chaînes. Toutefois, la paille, ajoutée jour après jour sur le sol du cachot, entraîna l'élévation du sol. Cette litière n'était pas changée.

La conséquence de la liberté de mouvement des prisonniers, associée à l'élévation du sol est nettement visible. En effet, les dessins ou graffitis sont de plus en plus élevés, plus travaillés et expressifs.

 

La Sergenterie

La sergenterie de Cerisy est une ancienne circonscription administrative, elle ressortissait en 1612/1636 et 1677 à l'élection de Bayeux, puis elle fut partagée à partir de 1691 entre les élections de Saint-Lô et de Bayeux, qui faisaient toutes deux partie de la généralité de Caen.

Il en est fait mention en 1337 sous la forme latinisée sergenteria de Ceraseio 89, en 1434 sous la forme sergenterie de […] Cherisy, en 1612/1636 et 1640 sous la formesergeanterie de Cerisy et en 1713 sous la forme sergenterie de Cerisy.

Elle comprenait 24 paroisses; en 1735: BlayTrévièresMandeville-en-BessinCottunTournièresLe MolaySaonnetBernesqTessyNotre-Dame-de-BlagnyCampignyCrouay,BaynesAgyRubercyla Haye-PiquenotSaint-Martin-de-BlagnyLittryNoron-la-PoterieRanchyLe Breuil-en-BessinSaonSaint-Paul-du-Vernay. Seule celle de Cerisy passa dans l'élection de Saint-Lô, et plus tard dans le département de la Manche lors de sa création. Toutes les autres paroisses correspondent actuellement des communes situées sur le territoire du Calvados.

Epoque Contemporaine

 

Deux soldats américains aidant une jeune fermière de Cerisy-la-Forêt, cette photo fit la une du journal The New York Times en juin 1944.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Cerisy-la-Forêt a abrité des réfugiés cherbourgeois.

Le 2 juillet 1944, le général Eisenhower et Omar Bradley sont venus encourager la 2e division d'infanterie américaine « Indian head » auchâteau de la Boulaye.